Le Juif Spartiate

Publié le par XylofeneKolor

Bonjour, Voici ci-dessous un article de Salah Mansour dont vous trouverez l'original en anglais ici. Je dédie cette traduction à mon amie Valérie qui m'a orientée vers cet article aujourd'hui. J'ai écrit à Salah Mansour pour lui demander l'autorisation. Quinze minutes plus tard il me répondait avec un grand "YES !" enthousiaste. Il me dit que c'est un article important et je pense qu'il a raison. Merci à toi Valérie pour cet article très inspirant qui parvient à dire, à certains endroits, ce que j'essaye de dire très souvent, en vain... :-)

Salah Mansour est le fondateur et rédacteur de PalestineRemembered.com, la plus grande communauté palestinienne online. 


***************

Le Juif Spartiate 

Par Abu al-Sous (Salah Mansour), traduction XylofeneKolor.


Pendant ma jeunesse en Palestine occupée, j’ai été témoin d’émotions négatives inexplicables (souvent sous la forme de haine et de colère) de la part des Israéliens, bon nombre d’entre eux étant de jeunes soldats qui humiliaient les Palestiniens quotidiennement, dès qu’ils le pouvaient. J’ai toujours su qu’il y avait là bien plus que la haine ou la colère „normale“ entre ennemis. Pourtant, je n’arrivais pas à comprendre quelle était la source de cette haine et de cette colère „anormales“. Sincèrement, je pensais que nous, Palestiniens, étions ceux qui auraient dû être les plus en colères, pas les Israéliens. Après tout, les Israéliens étaient ceux qui nous ont dépossédé et expulsé de notre patrie ; pas l’inverse. Les années ont passé, j’ai émigré aux Etats-Unis, et là, je fus en contact avec davantage de sionistes (juifs mais aussi non-juifs). Au fil du temps, j’ai développé une théorie concernant ces émotions négatives sans précédent ; théorie que j’aimerais partager avec vous dans cet article.

En un mot, je crois que la source de ces émotions négatives est profondément irrationnelle et que le cœur de cette source est très émotionnel. Plus je faisais des recherches sur le mouvement sioniste (en particulier de ses fondateurs), plus je découvrais que la grande majorité des juifs (particulièrement avant la seconde guerre mondiale) n’étaient pas sionistes et que beaucoup pensaient que c’était un danger pour les Juifs. Ceci explique d’ailleurs pourquoi plus de 99% des Juifs d’Europe ont préféré choisir comme terre d’accueil l’Amérique plutôt que le futur « état Juif » en Palestine, alors occupée par les Britanniques ! Cependant, l’Holocauste fut une expérience profondément traumatisante qui a bouleversé les Juifs occidentaux, survivants du génocide. Par voie de conséquence, ce qui était une politique extrémiste et  minoritaire au sein des juifs et devenue majoritaire, et le slogan « Jamais Plus » vit le jour. Pour l’occidental moyen, ce slogan peut ne pas avoir l’air dur ; après tout, les Juifs européens ont souffert de l’antisémitisme européen pendant des siècles. En revanche, pour nous, les Palestiniens, ce slogan implique « Jamais Plus » quel que soit le prix ; « Jamais Plus » même si d’autres deviennent les victimes ; « Jamais Plus » point.

Ce slogan porte derrière lui de profondes émotions négatives, qui ne sont que rarement analysées ou débattues ; il est tabou d’en parler. De nombreux Juifs occidentaux se sentirent trahis par leurs nations respectives qui les ont persécutés pendant des siècles, et beaucoup de ces nations ont collaboré ouvertement avec l’Allemagne nazie, en donnant aux SS leur citoyens juifs. Ce fut une expérience profondément traumatisante et humiliante, non seulement pour les Juifs occidentaux mais aussi pour les nations européennes (sans exception) qui ont été témoins du génocide et qui, au mieux, ont tourné la tête de l’autre côté. Ceux qui ont survécu à l’Holocauste ont trouvé dans l’idéologie sioniste la porte de leur salut. Le sionisme leur a donné un sentiment de prise de pouvoir où les juifs et seuls les juifs doivent être les maîtres de leur propre futur, et ils se firent alors la promesse de ne jamais plus être la victime. Par voie de conséquence, je pense que c’est à ce moment-là que le Juif Spartiate est né et que le « Jamais Plus » est devenu sa façade morale.

Lorsque les Israéliens frappent militairement la Palestine, il ne font pas qu’envoyer un message aux Palestiniens, ils ne font pas que répondre à la violence palestinienne, ils envoient aussi à leur amour-propre blessé (n’ayant pas de meilleur mot sous la main) et au reste du monde le message que le Juif ne sera plus jamais la victime. Selon ma propre expérience, il est rarement possible de discuter rationnellement de ce conflit, que ce soit avec un Juif ou n’importe quel occidental, sans que la présence de l’Holocauste se fasse sentir très proche ; j’ai toujours senti cette présence, alors même qu’aucune mention de l’Holocauste n’ait été faite ; c’est simplement là ; c’est simplement indiscutable, aux deux sens du terme. C’est la raison principale pour laquelle il est si frustrant de discuter de ce conflit avec de nombreux Juifs ou occidentaux ; vous voulez parler des vrais problèmes (dépossession, nettoyage ethnique, colonisation) mais c’est impossible. Tristement, ces barrières émotionnelles sont si gigantesques à franchir, particulièrement quand elles ne peuvent même pas être discutées. Souvent, dans les conversations, le palestinien est dépeint comme l’antisémite, et la résistance palestinienne aux crimes de guerre israéliens devient du « terrorisme ». Parfois je me demande pourquoi l’Occident est si effrayé de confronter cette barrière émotionnelle. Se pourrait-il que cette barrière masque la façon dont les occidentaux ont traité leurs citoyens juifs pendant des siècles ? Se pourrait-il que discuter de ce problème particulier ouvrirait la boite de Pandore ? Je ne sais pas si j’ai tort ou raison, mais, je suis certain que cette barrière émotionnelle devrait être étudiée davantage ; je crois que ce tabou renferme quelques unes des clefs importantes à la résolution de ce conflit.

Cette analyse explique pourquoi souvent les Israéliens pensent que les Arabes ne comprennent que le langage de la force ; comme si le langage de la force savait faire la différence entre un arabe et un non-arabe ! Ce slogan raciste et péjoratif (répété souvent ouvertement par les dirigeants israéliens) donne au Juif Spartiate un feu vert moral pour répondre à son gré à la violence palestinienne, et, par voie de conséquence, il compense également son amour-propre blessé. En cet aspect, le Juif Spartiate ne voit aucune résistance palestinienne aux crimes de guerre israéliens, il ne voit que du « terrorisme » palestinien.

Certains d’entre vous diront peut-être : les Palestiniens portent aussi en eux des émotions négatives (haine et colère également), cependant, à mon avis, la source de ces émotions n’est pas la même. La source, dans le cas des palestiniens, est plus rationnelle qu’émotionnelle. Les palestiniens ont été dépossédés et « nettoyés » de leurs maisons, fermes et entreprises pour faire place nette aux Juifs occidentaux persécutés et ils voient aujourd’hui des colons étrangers vivre dans leurs maisons pillées, cultiver les champs qu’ils ont labourés pendant des générations. Pour l’avoir vécu, je peux dire que c’est également une expérience profondément émotionnelle et traumatisante. Il devrait être noté que les palestiniens gèrent ce trauma en confrontant directement leur oppresseur, et ils consolident tout ce qui est unique dans leur identité nationale (l’art, la nourriture, la littérature, le folklore, les traditions, les habits, l’histoire, etc…).

Malheureusement, il m’effraie de voir que nous, les palestiniens, avons également commencé à chercher les Spartiates en nous. Les Juifs Spartiates ne sont pas un exemple à suivre. A mon humble avis, chaque victime a le droit de défendre sa famille et son foyer par tous les moyens possibles. Cependant, l’état de victime ne donne nullement de fondement moral à devenir un Spartiate, ne donne nullement de fondement moral à déshumaniser l’autre ! Dès lors que vous devenez un Spartiate, vous vivrez pour toujours par l’épée, et malheureusement l’épée devient l’outil de communication préféré.

Pour conclure, je souhaite dire à chaque Occidental ou Juif lisant cet article à quel point ce conflit n’a rien à voir avec les différences religieuses. Ce conflit aurait été le même si d’autres arabes avaient dépossédé les Palestiniens. Nous, les palestiniens, ne souhaitons être l’expérience psychologique de personne ; nous ne voulons pas être la pilule qui fait du bien ; nous ne voulons pas être souffre-douleur de quiconque. Nous, les palestiniens, ne souhaitons pas être le Messie de quiconque, et clairement, nous ne souhaitons pas être crucifié pour les péchés de quelqu’un d’autre. Sincèrement, j’aimerais que la Palestine soit un produit qui pourrait être acheté ou vendu ; je l’aurais vendu. Je peux être un des quelques Palestiniens qui ressentent de l’empathie pour la souffrance juive, mais ma patrie est trop chère à mes yeux pour que je puisse la donner, aucun humain ne peut faire cela ! Pour nous, les palestiniens, la Palestine n’est pas seulement notre patrie, la Palestine est notre identité ; la Palestine est l’ivresse de nos mémoires ; la Palestine est le joyau de tous les joyaux. Ma patrie, la Palestine, n’est pas à vendre.

Commenter cet article

XylofeneKolor 05/02/2009 01:12

Je pense qu'il est un peu osé de dire qu'Israël fait "la même chose". Il fait, c'est clair, et je le prouverai dans ce blog, j'espère, un certain nombre de "mêmes choses" mais il n'a pas encore adopté la "solution finale"... Et c'est heureux ! Disons qu'Israël a - je pense - le souhait paradoxal du "Grand Israël" (càd l'ensemble d'Israël ajd + Gaza + Cisjordanie + Jordanie) mais aussi de "l'Etat Juif" (un état dont la grande majorité démographique est juive). Vu la démographie Palestinienne, c'est impossible en l'état. Ainsi, pour tenter d'y parvenir, j'essaierai de le prouver, ils utilisent toutes les méthodes des Ouest-Européens d'avant guerre : ghettoisation, marginalisation, diabolisation, humiliation, restrictions de mouvement, de travail, d'expression afin de :
1) Faire fuir les élites intellectuelles et économiques
2) Radicaliser celles qui restent (plus facilement radicalisables par les Islamistes car peu instruites et acculées) afin de les diaboliser aux yeux du monde et ainsi justifier les prochaines attaques de "protection de la sécurité d'Israël". A suivre dans ce blog...

py 05/02/2009 01:02

une image médicale pour illustrer cet article,côté israël est schizophréne. victime et bourreau, comment un tel état peut-il continuer à percevoir aujourd'hui des réparation pécuniaires de l'état allemand au titre de la déportation des juifs pendant la WW2 et faire exactement la même chose au peuple paestinien, comment expliquer la notion du "juif spartiate" et du "jamais plus" sans penser qu'israël contruit des générations de "palestinien spartiate" adeptes du jamais plus.

XylofeneKolor 05/02/2009 00:34

Cher Patrick, j'espère que ce blog t'apportera des éléments de réponse. Les commentaires sont très importants pour moi : 1) ils me motivent à continuer 2) ils me permettent aussi de savoir comment orienter ce que je vais appeler ma "tentative de pédagogie"

PatRiCk 04/02/2009 20:07

Je ne suis pas juif et je ne suis pas palestinien. Je vis depuis toujours avec ce conflit qui régule inconsciemment mes espoirs et mes craintes sur la santé du monde. Il me tarde de lire vos commentaires, il me tarde de mieux vous comprendre..